Cher Québec…

Cher Québec, je tiens à m’excuser. Ces dernières années, je t’ai un peu, beaucoup, négligé. Vois-tu, mon âme de vagabondeuse préférait faire 10 heures d’avion à 10 heures de voiture. Cette année, tu m’as dit: « c’est assez, tu vas prendre le temps de m’apprécier ». Et tu as bien fait de m’en obliger, même si sur le coup, ça m’a plutôt déstabilisée.

Randonnée sur l'île Grande Basque Sept-Îles

J’avais bien vu quelques-uns de tes beaux paysages, de tes contrées plus ou moins éloignées, ici et là. J’ai passé ma vie de jeune adulte à faire l’aller-retour Québec-Montréal. Mais tu es bien plus que l’autoroute 20 mon Québec. Tu es ces forêts immenses qu’on jalouse outremer, tu es ces étendues d’eau qui ne demande qu’à y plonger, tu es ces levers et couchers de soleil fantastiques qui n’ont rien à envier à ceux de Santorini, tu es le savoir-faire de tous ces artisans de la terre qui te cultivent et surtout, créent des saveurs avec peu de moyens.

Bord de mer à Grande Entrée Îles de la Madeleine, Québec, Canada

Merci Québec de m’obliger à m’arrêter ici, au cœur de notre chez-soi qu’on (que je!) néglige souvent en pensant que l’herbe est plus verte chez le voisin. Merci de m’ouvrir les yeux sur ce qui est dans la cour de ma région natale, ce qui se cache à quelques heures de voiture, ce qui, pour bien d’autres gens, est LA destination vacances par excellence. 

Coucher de soleil de l'Île Grosse Boule

Je te promets une chose. Cet été, je veux te parcourir, de long en large, de haut en bas. Je veux profiter de tes routes cahoteuses pour aller à la rencontre de ceux qui font de toi une réussite. Je veux voir tous les couchers et levers de soleil, vivre tes changements météo constants à fond et les aimer pour ce qu’ils sont. Il fait toujours trop chaud ou trop froid, trop venteux ou trop pluvieux. Mais au fond, chaque recoin s’illustre sous les différents visages que Dame Nature te donne.

Je veux tenter d’apprivoiser les piqûres de moustiques (ok, peut-être pas), l’odeur de boucane du feu de camp, l’effluve des marées basses du Saint-Laurent et celles des champs entre deux récoltes. 

Bord du Fleuve St-Laurent dans le Bas-St-Laurent à Kamouraska

Cher Québec, montre-moi toutes tes facettes, je veux tout voir…pas seulement maintenant, mais pour tous les mois qui viendront et te présenteront sous un nouveau jour. Québec, je te promets que je ne te négligerai plus à l’avenir. Que je prendrai le temps (et les moyens) pour te voir pour de vrai, pas juste « en passant. » Québec, j’ai hâte d’apprendre à te connaître un peu mieux. Merci d’être si beau et vrai, mon Québec à moi.

À la recherche d’inspirations estivales dans la Belle Province? 

Ces articles pourraient vous intéresser :

À la recherche d’idées d’itinéraires supplémentaires? Procurez-vous Le Québec, 50 itinéraires de rêve par Guides Ulysse!

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Danielle dit :

    Très bonnes réflexions et très beau texte! Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.