Francfort vu par djepageau

Francfort: On déménage quand?

En voyageant, il y a ces moments où l’on s’arrête, où l’on prend le temps de profiter d’un lieu, d’un instant. Ces moments qu’on ne s’accorde que rarement dans notre vie de ‘’tous les jours’’, parce que la routine prend le dessus, parce qu’on n’a pas le temps, parce qu’on ne prend pas le temps.

Cet automne, j’ai visité Francfort. Et instantanément, j’ai pensé y rester.

À Francfort, j’ai profité, j’ai décroché. Peut-être parce que mes attentes envers cette ville d’Allemagne étaient faibles, parce que je ne m’y attendais pas. À Francfort, j’ai découvert une société festive, respectueuse de l’environnement. Accessible, ouverte, cultivée. Francfort m’a conquis.

Petite, verte et grande

Francfort est devenue, dans les années ’90, une plaque tournante de la finance en Europe. Plusieurs gratte-ciels y ont vu le jour faisant de cette ville autrefois dénigrée, une métropole reconnu comme étant parmi les meilleures pour la qualité de vie de ses habitants. Ce bien être, je l’ai ressenti. J’ai aimé ce feeling d’ordre et d’espace qu’on ne retrouve que plutôt rarement parmi les autres grandes villes. J’imagine que c’est grâce à tous ses espaces vert, qui l’oxygène et aux  kilomètres d’aménagement aux abords du Main, où les locaux accèdent aux berges pour pique-niquer ou relaxer. À proximité, le secteur des musées est parfait pour les amateurs de peinture, cinéma, arts et architecture.

Ouverte et généreuse

Francfort est inclusive et ses habitants donnent sans attendre en retour. Probablement sa nature cosmopolite qui incite à bâtir une société ouverte sur le monde. Culturellement, j’ai été impressionné par son histoire (comme la plupart des villes européennes, Francfort fût détruite en grande majorité lors de la 2e guerre mondiale) mais c’est son Apfelwein qui m’a conquis! Le Apfelwein, c’est un alcool obtenu à partir de la fermentation du jus de la pomme. Les Allemands le dégustent dans une cruche Bembel et un verre quadrillé. On l’accompagne traditionnellement de la ‘green sauce’, une sauce de couleur verte faite à partir d’un mélange de fines herbes. Un délice! Lors de ma visite, j’ai eu la chance de rencontrer Jasmin Bischoff, de l’industrie du tourisme de Francfort, qui m’a fait découvrir un restaurant traditionnel de la région où le propriétaire produit localement son Apfelwine (j’ai même eu la chance de descendre dans la cave où on en fait la production!). Le Apflewein est pour moi une grande découverte. Un peu comme le vin, chaque type de pomme donne un goût précis à la boisson, on peut donc passer des heures à le déguster entre amis 🙂

 

Höchst

Non loin de la ville, Höchst est un véritable petit havre de paix. Lors de votre séjour à Francfort, prenez le temps de vous y rendre. On y découvre l’Allemagne typique comme on l’imagine : petites maisons de bois en rangée ornées de volets et de bacs à fleurs. Une belle petite balade à prévoir!

Quelques bonnes adresses :

  • Freitagsküche Frankfurt | Le plaisir de voyager c’est aussi de découvrir de fabuleux endroits cachés. Ce petit restaurant en fait parti et vaut définitivement le détour. On y sert un menu frais composé de salades, sandwichs et différentes sortes de succulentes quiches! Pour le trouver, traversez la cour intérieur, entre 2 bâtiments vous apercevrez une porte sous les fleurs (Mainzer Landstraße 105).

  • IIMORI Pâtisserie| En plein coeur de Francfort, ce café sert pâtisseries japonaises, thés et sucreries. On apprécie tout particulièrement l’ameublement éclectique, avec ses chaises, sofas et tables basses dépareillés. (Braubachstraße 24).

  • Apflewein DAX | Pour déguster un verre d’Apflewein entre amis, l’ambiance y est relaxe et amicale. (Willemerstraße 11).

  • Shopping Center MyZeil | Le centre commercial à l’architecture innovante!

 

Francfort vaut définitivement le détour. Si vous avez la chance d’y passer quelques jours, peut-être entre deux destinations, n’hésitez pas à la découvrir! Pour ma part, j’ai pensé m’installer à Francfort, parce qu’au terme de mon aventure de 3 semaines en Europe, après avoir traversé les grandes villes d’Allemagne, la Hongrie, l’Autriche et la République-Tchèque, j’y étais bien.

Un jour peut-être.

J. djepageau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *