Le bilan: 6 villes, 4 pays, 22 jours

Munich, Vienne, Budapest, Prague, Berlin et Francfort. Voilà maintenant une semaine que je suis de retour à Montréal et je ne réalise toujours pas tout ce que j’ai vu, bu, mangé, et vécu ces dernières semaines. L’heure est au bilan; quel endroit ai-je préféré? Où ai-je le mieux mangé? Quelle ville m’a le plus surprise? Ai-je eu de la difficulté avec la langue? Un résumé du meilleur et du moins bon pour vous éclairer lors de votre prochain voyage!

Mon coup de coeur: Budapest

Budapest

J’ai encore de la difficulté à mettre des mots sur pourquoi j’ai autant aimé Budapest. J’imagine que tout d’abord, je suis bien tombée côté hébergement en étant dans un des quartiers les plus électrisants de la ville avec restos, cafés et bars à pratiquement tous les coins de rues, le quartier juif, tout près de la Grande Synagogue, côté Pest. Un petit creux? On sert des Kebab à deux coins de rue! Le goût d’un bon déjeuner? Le café au rez-de-chaussée sert une omelette parfaite dans un lieu super design. Pourquoi pas aller prendre un verre? Ouf, quel endroit choisir?! Mais Budapest c’est aussi un côté historique, vieillot et un peu moins “propret” que d’autres villes européennes que j’ai bien apprécié. Une de leur ligne de métro est la plus vieille en Europe continentale, et que dire des si charmants tramways jaunes qui se baladent un peu partout en ville. Ça a un charme fou! Je suis une voyageuse qui adore découvrir une ville à pied et Budapest permet ce style de découvertes. Tout se marche très bien si le coeur vous en dit et on sent un peu plus la “vibe” de la ville ainsi. J’y ai également découvert des endroits fascinants retraçant l’histoire des guerres en visitant l’hôpital “bunker” et la maison des terreurs; à visiter absolument! Belles reconstitutions et explications de ce qu’on vécu les Budapestois pendant les guerres mondiales et pendant le siège de Budapest.  J’ai aussi trouvé de belles petites boutiques d’artisans locaux (je vous partagerai mes adresses dans un autre billet!). Bref, une ville où j’aurais bien pris quelques jours de plus!

Ma ville surprise: Francfort

Daheim FrankfurtOn m’avait bien dit que Francfort n’était qu’une ville de passage, qu’il ne fallait pas que je m’attende à grand chose autre qu’un hub où les voyageurs transitaient vers d’autres destinations européennes. Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise par cette ville qui a un charme fou quand on prend le temps de la visiter! Francfort est une ville très verte et est le centre financier de l’Allemagne, sans toutefois avoir la prétention d’une grande ville. Encore là, tout se marche très bien malgré les nombreux métros et tramways pour se déplacer en ville. Le bord de la rivière Main est bordée par un parc super charmant où il est agréable de se balader. Vous me direz, jusque-là, rien de super excitant qui vaille le déplacement…Eh bien, j’y ai découvert une tradition dont on entend très peu parler, celle des Apfelwein tavern, ou des tavernes aux vins de pommes. Contrairement au reste de l’Allemagne, ici, ce n’est pas la bière qu’on savoure en famille et entre amis mais bien le vin de pommes et plusieurs restaurants, situés dans le quartier Sachsenhausen, offrent ce breuvage alcoolisé accompagné de repas traditionnels allemands. L’endroit que j’ai découvert, le Daheim im Lorsbascher Thal, est une maison ouverte en 1803 qui produit son propre vin à même la cave du resto. Frank, le propriétaire, a été assez gentil de me faire découvrir sa cache et m’expliquer la tradition familiale de la fabrication du vin….et de la dégustation qui s’en suit. Une belle surprise! 

Francfort regorge aussi de marchés. Comme le centre-ville est plutôt petit et que la ville est entourée de terres agricoles, les fermiers viennent vendre régulièrement leurs produits frais en ville, donnant ainsi l’occasion auxFrankfurt Höscht visiteurs comme moi de découvrir de goûteux produits locaux dont je n’ai pas l’habitude. J’ai d’ailleurs pu déguster un jus de pommes (Eh oui, encore la pomme!) 100% naturel et 100% rouge. La pomme sauvage (Wildapfel) est une pomme à la chaire rouge et surette…Délicieux!

Autre petite découverte de cette ville souvent oubliée, le quartier de Höscht, un ancien village annexé à Francfort en 1928, qui a conservé son charme d’autrefois. On retrouve des récits à propos de Höscht datant d’aussi loin que 790! En se baladant dans ses petites rues, on y voit les maisons d’autrefois faites de bois et pierres encore bien conservées, un vieux château, un marché (encore!), un palais…Un quartier aux charmes fous et devinez quoi? Pratiquement aucun touriste en vue!!

Mon estomac a adoré: Berlin

Tante Emma BerlinEn 22 jours, je me suis assise dans beaucoup beaucoup de restaurants! Berlin pour moi a été la découverte d’un Montréal (mais en 2 fois et demie plus grand) avec une grande diversité culturelle et artistique qui amène automatiquement une variété culinaire intéressante. J’ai beaucoup apprécié le quartier dit “immigrant/hipster” Kreuzberg. J’y ai mangé de la pizza succulente, du poulet frit coréen bon à s’en lécher les doigts et ai dégusté des vins et bières dans ses nombreux pubs et bars. Tout près de mon auberge jeunesse, le PLUS Berlin, de l’autre côté du pont, dans Wrangelkiez, le Tante Emma sert de savoureux déjeuners qui valent le détour. Je crois qu’être restée plus longtemps à Berlin m’aurait permis d’en découvrir encore plus sur la diversité des restaurants de la grande métropole. Évidemment, on ne va pas qu’à Berlin pour y manger, mais je saurai bien vous parler de mes coups de coeur de la ville dans un autre billet!

Mon porte-feuille s’y est vidé: Munich

Aller à Munich pendant l’Oktoberfest veut dire hébergement plus cher, nourriture plus chère et surtout, faireOktoberfest beers Munich la fête dans un festival qui coûte cher. C’est un peu comme le festival de la F1 à Montréal sauf que ça dure quelques semaines. L’Oktoberfest, on y va au moins une fois dans sa vie et malgré le fait que oui, tout est cher pendant ce temps-ci de l’année, ça vaut la peine de le vivre à fond. 10.40 euros la bière de 1 litre, petite chambre trouvée dans un Airbnb à bonne distance de la ville à plus de 150$ la nuit et les restaurants qui, selon les locaux, augmentent leurs prix…il faut être prêt à payer pour vivre le vrai de vrai Oktoberfest.

Et maintenant quelques points en rafale: 

L’argent:  On ne prend que de l’argent comptant pratiquement partout où je suis allée…Moi qui est habituée à payer plastique, j’ai dû me retirer des sous et faire comme tout le monde! D’ailleurs, qui dit 4 pays dit 3 monnaies différentes puisque la Hongrie et la République Tchèque ne prennent pas l’Euro. A vrai dire, l’Euro est accepté partout, sauf qu’avec le taux de change actuel, il est beaucoup plus rentable pour nous Canadiens de payer en Forint ou en couronne tchèque lorsque l’on visite ces pays.

Les toilettes:  On prend pour acquis notre accessibilité aux toilettes gratuites par chez nous…mais partout où je suis allée, impossible d’aller faire pipi pour moins de 0.50, même si vous vous êtes achetés un café dans l’établissement. Préparez-vous à retenir votre vessie ou à payer souvent si la vôtre est petite!

La langue:  La plupart des endroits visités parlent un anglais de base sauf que dès que l’on s’éloigne quelque peu des attractions touristiques, les restaurants n’ont pas de menus traduits ou de serveurs connaissants plus que quelques mots dans la langue de Shakespeare. Personnellement, j’apprécie la petite difficulté de devoir deviner ce que je commande en pointant du doigt un item du menu, ça ajoute un peu de piquant dans le voyage.  Dans les transports en commun, là, c’est autre chose. La majeure partie du temps, les annonces des stations sont faites dans la langue du pays, donc il faut suivre sur une carte pour savoir où descendre. En général, malgré le fait que je ne connaissais rien à l’Allemand, le Tchèque ou le Hongrois, on peut facilement se débrouiller avec l’anglais.

Le transport:  En passant 3-4 jours dans une ville, la solution est toujours de se procurer une carte permettant welcome cardsl’accès complet au transport pendant la durée du séjour. La Munich Welcome Card, la Budapest Card, la Vienna Card, etc, permet non seulement d’avoir accès à tous le système de transit (Tramway, métro, funiculaire(!), trains), mais aussi d’avoir des rabais entre 5% et 25% dans des attractions populaires et certains restaurants. Un must si vous prévoyez vous balader beaucoup et visiter les endroits où l’on offre des rabais. Vérifiez toutefois si le coût de la carte en vaut la peine selon ce que vous désirez voir!Entre les villes, toujours le train! C’est si facile en Europe de se déplacer d’une ville à l’autre…

L’hébergementJ’ai fait dodo dans des Airbnb, une auberge jeunesse et un hôtel réservé via Hotwire. Le Airbnb et l’auberge demeurent mes façons préférées de séjourner dans une ville, d’abord pour les gens qu’on rencontre, soit notre hôte ou des compagnons voyageurs, et aussi pour la facilité d’accès à des sources de nourriture pas chères!! Dans les deux cas, une petite épicerie et hop, on peut se faire soi-même à déjeuner ou même se préparer des pique-niques pour la journée. 

Et voilà qui fait un tour très sommaire de mes impressions de voyage en Europe Centrale. J’ai encore beaucoup de trucs et conseils à vous partager dans les prochains jours sur les villes visitées. Je vous prépare des articles avec mes meilleures adresses et encore plus de conseils!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *