La peur du tourisme ou le tourisme de la peur?

Un autre attentat à Istanbul. Il y a un an, j’étais au coeur même du quartier Sultanahmet…j’ai découvert une ville magnifique, empreinte d’histoire et surtout de gens fabuleux. Et que dire de la nourriture? Un vrai délice.IMG_1279

A chaque fois qu’une ville où j’ai posé les pieds est atteinte par le terrorisme, je me désole, ça me fait mal au coeur, sincèrement. Comme si on me faisait mal personnellement. Non pas que ça ne me touche pas quand ça arrive ailleurs, mais j’avoue que d’être passée dans une ville, d’avoir sillonné ses rues, d’avoir découvert ses secrets, et d’ensuite savoir qu’un gentil serveur du resto du coin a peut-être perdu un être cher, ça me fait douter. Douter du monde dans lequel on vit, parce qu’au fond, où sommes-nous en sécurité en 2016? 

Je prenais un verre avec une amie ce soir, on parlait justement de terrorisme et de voyage à la lumière des attentats « du jour ». Est-ce que l’on s’empêche d’aller à Paris suite à ce qui s’est passé dans la dernière année? Non! Pourquoi? Parce que nous ne voulons pas donner droit aux terroristes de nous fermer au monde.

Est-ce que j’ai une petite pensée pour ma sécurité lorsque je choisis ma prochaine destination? Évidemment….impossible que ça ne m’effleure pas l’esprit (ou celui de ma mère!) Mais au fond, de nos jours, ces attaques peuvent survenir un peu n’importe où il y a foule! Je prends le métro tous les jours et je descends à l’une des stations les plus achalandées de Montréal….et pourtant, je prends le métro quand même matin et soir, sans trop me poser de questions. 

J’ai peur des attaques terroristes, oui, mais j’ai plus peur que le terrorisme empêche le voyageur à découvrir le monde qui nous entoure. N’est-ce pas là le but du terrorisme? De nous confiner dans nos habitudes, à notre monde, à se fermer à autrui?

Je veux continuer de voyager! Je ne suis pas insouciante, je demeure à l’affût des règles de sécurité de base lorsque je voyage, mais je ne m’empêcherai pas de voir le monde, de découvrir les autres cultures et de goûter à ces cultures qui me sont encore aujourd’hui étrangères. 

Istanbul, c’est une de mes villes coups de coeur. Dans une trentaine de pays, c’est celle qui m’a le plus marqué par sa diversité, par son histoire, par sa culture, par sa nourriture, mais surtout, par la gentillesse et l’accueil exceptionnel de son peuple. J’y retournerais sans l’ombre d’un doute. Un pays qui est malheureusement situé dans une région instable du monde et qui subit le sort d’être géographiquement située près d’un centre “terroriste”. 

La meilleure façon de changer les choses? Partir pour Istanbul! Il faut faire un pied-de-nez à toute cette instabilité et montrer au monde que non, nous ne craignons pas de s’ouvrir à d’autres cultures. Y a t-il un risque? Certes! Mais, est-ce que le risque n’est pas aussi grand dans tout rassemblement important dans le monde?

J’ai peur aujourd’hui; peur que les gens cessent de vouloir découvrir la Turquie, peur que les gens se ferment aux autres cultures et religions, peur que nous devenions si apeurés par ce que nous ne connaissons pas que la sécurité de notre chez-nous nous enferme à jamais. Je vous en prie, continuer d’explorer, de découvrir, de rencontrer des gens, de discuter et de vous ouvrir…la peur après tout n’est basée que sur ce que l’on ne connaît pas…Alors apprenez, et la peur s’estompera!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *